updated 6:42 PM CET, Dec 5, 2016

Une pétition pour l'égalité salariale

Force est de constater que le nouveau Conseil fédéral ne montre pas l’exemple en matière de représentation homme/femme et reste en retrait en matière d’égalité salariale. Sa proposition, actuellement en procédure de consultation jusqu’au 3 mars 2016, est jugée insuffisante par les féministes et les syndicats. Bien décidé à faire bouger le gouvernement, le Groupe d’intérêts femmes d’Unia lance un appel au Conseil fédéral à travers une pétition et une vidéo virale qui circule sur les réseaux sociaux.

Cela fait 30 ans que le principe de l’égalité des salaires est inscrit dans la Constitution mais en moyenne les femmes gagnent toujours 20% de moins que leurs collègues masculins. Cette discrimination se vérifie dès l’embauche en premier emploi  et se poursuit jusqu’à la retraite. On ne compte plus les actions et mobilisations à travers le pays pour obliger les autorités sinon à faire respecter la loi du moins à ouvrir les yeux sur ces violations de la Constitution. Désormais, syndicats et féministes réclament des actions concrètes.

Certain-e-s voient l’égalité salariale comme une concession voire un cadeau fait aux femmes (Noël approche !) mais la stratégie des femmes aujourd’hui c’est d’obliger les employeurs-euses à respecter la loi, d’autant plus qu’il s’agit de la loi fondamentale. A partir de là, les demandes sont très simples : vérifications dans les entreprises, adaptation immédiate des salaires en cas de discrimination, sanctions pour les entreprises qui ne se soumettent pas à la loi et tolérance zéro en matière d’inégalités salariales.

Après avoir traîné des pieds, le Conseil fédéral a fini par admettre que des mesures devaient être prises. Or, sa proposition présentée le 18 novembre 2015, actuellement en consultation, reste très peu contraignante envers les entreprises car ces dernières ne sont soumises à aucune obligation de rectifier les montants discriminés et ne font l’objet d’aucune sanction en cas de discrimination. En gros, rien ne change. Unia a donc lancé une pétition en ligne pour récolter des signatures, jusqu’en mars 2016, le temps que dure la consultation fédérale. Après ce délai, la pétition sera adressée au Conseil fédéral. Cette action est soutenue par une petite vidéo virale qui résume très bien la problématique. Aux femmes de se mobiliser pour faire pression sur le Conseil fédéral afin qu’il corrige une situation indigne d’un pays qui se dit civilisé.

Photo Unia