updated 9:44 AM CEST, May 9, 2017

ici

Une pétition pour l'égalité salariale

Force est de constater que le nouveau Conseil fédéral ne montre pas l’exemple en matière de représentation homme/femme et reste en retrait en matière d’égalité salariale. Sa proposition, actuellement en procédure de consultation jusqu’au 3 mars 2016, est jugée insuffisante par les féministes et les syndicats. Bien décidé à faire bouger le gouvernement, le Groupe d’intérêts femmes d’Unia lance un appel au Conseil fédéral à travers une pétition et une vidéo virale qui circule sur les réseaux sociaux.

Cela fait 30 ans que le principe de l’égalité des salaires est inscrit dans la Constitution mais en moyenne les femmes gagnent toujours 20% de moins que leurs collègues masculins. Cette discrimination se vérifie dès l’embauche en premier emploi  et se poursuit jusqu’à la retraite. On ne compte plus les actions et mobilisations à travers le pays pour obliger les autorités sinon à faire respecter la loi du moins à ouvrir les yeux sur ces violations de la Constitution. Désormais, syndicats et féministes réclament des actions concrètes.

Certain-e-s voient l’égalité salariale comme une concession voire un cadeau fait aux femmes (Noël approche !) mais la stratégie des femmes aujourd’hui c’est d’obliger les employeurs-euses à respecter la loi, d’autant plus qu’il s’agit de la loi fondamentale. A partir de là, les demandes sont très simples : vérifications dans les entreprises, adaptation immédiate des salaires en cas de discrimination, sanctions pour les entreprises qui ne se soumettent pas à la loi et tolérance zéro en matière d’inégalités salariales.

Après avoir traîné des pieds, le Conseil fédéral a fini par admettre que des mesures devaient être prises. Or, sa proposition présentée le 18 novembre 2015, actuellement en consultation, reste très peu contraignante envers les entreprises car ces dernières ne sont soumises à aucune obligation de rectifier les montants discriminés et ne font l’objet d’aucune sanction en cas de discrimination. En gros, rien ne change. Unia a donc lancé une pétition en ligne pour récolter des signatures, jusqu’en mars 2016, le temps que dure la consultation fédérale. Après ce délai, la pétition sera adressée au Conseil fédéral. Cette action est soutenue par une petite vidéo virale qui résume très bien la problématique. Aux femmes de se mobiliser pour faire pression sur le Conseil fédéral afin qu’il corrige une situation indigne d’un pays qui se dit civilisé.

Photo Unia

  • Catégorie parente: Rubriques
  • Affichages : 2110

Conseil fédéral, la régression

L’élection du Conseil fédéral a mis fin à un suspense qui n’en était pas un : deux femmes et cinq hommes y siègeront pour quatre ans soit un recul terrible pour la représentation des femmes en politique et un mauvais signal tant en Suisse qu’à l’étranger.

Et dire qu’on y croyait à cette élection du Conseil fédéral! On se voyait vivre un de ces grands moments de l’Histoire qui nous autoriserait à crâner plus tard : « J’y étais ! ». Où ça déjà ? Ah Berne… Ben oui, pas Washington, c’était peut-être Election day le 9 décembre mais les médias du monde entier ne faisaient pas le pied de grue devant le palais fédéral de la Bundesgasse. Pas même l’émiliE qui a préféré suivre l’événement en direct sur Twitter afin de mesurer l’enthousiasme des foules.

On n’a pas été déçu-e-s. Dès potron minet, on a pu suivre l’excitation qui régnait au Stamm de l’UDC à Genève où régnait « une ambiance de folie » d’après Julien de Weck, journaliste à la Tribune. L’image parle d’elle-même : trois fans les yeux rivés à la télé murale du bistrot, attablés devant leur ristretto et un pauvre croissant. Et si le hashtag de l’auteur #ParmelinForPresident résumait bien l’idée qu’on voulait se faire de l’élection, il manquait un je-ne-sais quoi de plus grand et plus fou peut-être.

 

Au fur et à mesure de l’avancée de la matinée et de la réélection des conseillers-ères sortant-e-s, les corps et les esprits s’échauffent, direction le Stamm de l’UDC Vaud à Berne. Fais soif, on sort le Dézaley et un drapeau suisse, faut ce qui faut c’est jour de fête et le champion de Bursins se rapproche de la ligne d’arrivée.

 

Le suspens devient difficilement tenable : un tour, deux tours, trois tours, yyyeeeessss ! Il l’a fait ! Guy Parmelin succède à Eveline Widmer-Schlumpf. Comme le résume Christophe Schenck de la RTS : « Est élu: un homme un peu fort avec une calvitie et un costard-cravate. On vous l'avait bien dit ».



Pendant ce temps, on faisait et refaisait nos calculs 2+5, non le compte n’y était pas. Deux   femmes, cinq hommes. C’est le visage du nouveau Conseil fédéral. A-t-on raté quelque chose ? Où sont les femmes ? Quid de la parité ? Quelle image donne ce gouvernement tant dans le pays qu’à l’international ? Veulent-ils passer pour des rétrogrades ? Parce que deux femmes au Conseil fédéral, ça nous renvoie en 1999 lorsque Ruth Dreifuss et Ruth Metzler en étaient. Faut-il rappeler qu’en 2003, il n’en restait plus qu’une, la socialiste Micheline Calmy-Rey qui avait succédé à Ruth Dreifuss en 2002. Quand on pense aux années 2010-2011, où elles étaient quatre à siéger, on mesure à quel point ces avancées sont fragiles. L’idée d’une stabilisation en inscrivant dans la loi le principe selon lequel les femmes doivent être représentées équitablement au sein des instances fédérales avait été balayée en 2000. En effet l’initiative lancée en 1993 suite à la non-élection de Christiane Brunner avait été recalée. Elle prévoyait notamment que chaque canton devrait élire une femme et un homme au Conseil des États, que le Conseil fédéral devrait être composé de trois femmes au minimum et que le Tribunal fédéral devrait compter au moins 40% de femmes en son sein. Non, mais tout d’un coup, tant d’égalité, ça deviendrait dur à vivre…

Du coup, on se contentera de Doris Leuthard et Simonetta Sommaruga. Deux, c’est tout. Pourtant si on compte bien, décidément ces chiffres, il y a plus de femmes en Suisse que d’hommes. Mais pour les représenter, les hommes sont là, majoritaires. Certain-e-s y trouvent à redire mais d’autres y compris des femmes jugent d’un bon œil l’élection de Guy Parmelin. Que penser de la réaction d’Adèle Thorens, co-présidente des Verts Suisse, qui déclare : « Comme Vaudoise, je ne vais pas bouder mon plaisir ». Les bras nous en sont tombés. Celle qui fustigeait violemment l’UDC dans une interview donnée au Temps en 2014, savoure la victoire de Guy Parmelin. La logique nous échappe. Mais c’est surtout la cuisine entre partis pour se mettre d’accord en coulisse sur l’heureux élu qui doit nous passer au-dessus. Petits problèmes de transparence dans les actes et de cohérence dans les discours. Néanmoins, l’ancienne chancelière Corina Casanova assurait hier devant ses petit-e-s camarades de l’assemblée « que vous êtes au service d'un des meilleurs systèmes politiques du monde ». Et ça, ça nous a rassuré-e-s.

Photo DR


  • Catégorie parente: Rubriques
  • Affichages : 1869

La Cie Moveo est à Genève


Du 10 au 12 décembre prochain, la Cie Moveo de Barcelone présente à Genève deux spectacles de physical theatre, "Tu vas tomber!" et "Où suis-je quand je suis deux?", véritables moments de grâce, qui transportent le public hors du monde, hors du temps et qui, par petites touches, lui rappelle qu’il est toujours ici et maintenant. l’émiliE est allée à la rencontre de la co-fondatrice de cette compagnie, la Genevoise Sophie Kasser.


Ce jour, le soleil entre par les grandes baies vitrées de l’école, les élèves viennent de terminer leurs étirements et improvisent quelques mouvements avant que ne débute le cours de mime corporel dramatique. Sophie Kasser, co-fondatrice de Moveo, l’association culturelle qui regroupe l’école et la compagnie, nous accueille avec un grand sourire et nous fait faire le tour du propriétaire. Située dans le quartier industrieux de Poble Nou à Barcelone, l’espace se loge entre une salle de cross-fit où se pressent les hipsters de tout poil et une chocolaterie désaffectée en mal de promoteurs. Juste un peu plus loin, les ferrailleurs sénégalais de la ville convergent avec leur caddie chargé de leur précieuse cargaison de métaux récupérés en flot continu dans un ancien atelier reconverti en centre de collecte. Les deux immenses salles de danse sont souvent occupées mais les quelque 300 mètres carrés du lieu remplissent encore leur fonction pour l’instant de l’avis de Sophie Kasser.

L’histoire commence à Londres où la Suissesse rencontre Stéphane Lévy. Ils y étudient puis travaillent pendant sept ans et en 2005, une association barcelonaise leur propose une résidence de trois mois au cours de laquelle ils vont donner un cours de théâtre basé sur l’expression du corps. Devant le succès, le contrat est prolongé de six mois au bout desquels ils décident de s’installer dans la capitale catalane. «Il n’y avait rien de tel ici», explique Sophie Kasser, «les gens ne connaissaient pas ce type de théâtre». Elle raconte l’origine de la discipline fondée par Etienne Decroux dans les années 30 et poursuit en disant que «dans ces milieux-là, à cette époque, il y avait surtout des hommes qui s’opposaient à la Comédie Française, au théâtre classique et en parallèle dans le monde de la danse, à l’instar de Marta Graham, on trouvait des femmes qui avaient la même revendication contre le ballet, nous, on est au milieu». La Genevoise ne semble pas vouloir se définir avec plus de précision et opter pour un riche mélange des genres. Elle s’amuse de la catégorie «danse» dans laquelle les a rangé le jury du prestigieux prix du meilleur spectacle de la Feria International de Huesca qui réunit les professionnel-le-s de la danse et du théâtre. «Ce qui compte, c’est faire un spectacle et c’est travailler avec les gens. La technique, la catégorie dans laquelle on nous range, c’est moins important», précise-t-elle. Aujourd’hui, quel que soit leur genre, ils sont toujours là et s’apprêtent à fêter les dix ans de Moveo. D’ailleurs, elle tient à nous faire découvrir leur nouveau logo créé pour l’occasion.

Tu vas tomber, le spectacle qui a été primé est en tournée avec trois dates à Genève. ¿ Dónde estoy cuando soy dos ? (Où suis-je quand je suis deux ?, ndlr) le second spectacle de Moveo est programmé lors de chaque soirée. «Je suis partie il y a plus de quinze ans et je reviens présenter mon travail, donc forcément, je ressens une certaine pression. En espagnol, il y a ce mot illusion qui résume parfaitement bien mon état d’esprit : le plaisir est mélangé à cette pression. Et puis ça fait si longtemps que je voulais jouer à Genève, je suis très contente» reconnaît Sophie Kasser. A noter que ce deuxième spectacle qui porte un regard féministe sur la maternité rassemble une autre Genevoise, la musicienne Nathalie Cecilia. La créatrice revient sur la dramaturgie pas nécessairement linéaire, elle insiste sur les moments qu’elle cherche à évoquer. La pièce jouée à Genève en est un parfait exemple. Pour elle, «c’est d’abord un travail poétique, métaphorique. Un-e spectateur-trice peut être touché-e par une histoire sans qu’on doive lui expliquer dans le détail. La lecture est ouverte. D’où l’importance du travail des interprètes qui doivent pouvoir transmettre cette liberté». Si elle se défend de faire un théâtre politique, «parce que c’est très difficile d’arriver à quelque chose de bon niveau», elle admet que les spectacles de Moveo, école et compagnie confondues, sont aussi politiques. Au début de l’été, Éxodos, le travail des élèves sur les réfugié-e-s avant que le sujet ne fasse non-stop la une des médias avait une portée politique tout comme la réflexion sur la maternité de ¿ Dónde estoy cuando soy dos ?

Inclassables, les spectacles de Moveo surprennent par leur créativité et leur originalité captivant chaque public y compris le plus réticent et le plus cartésien. Leur passage à Genève est une occasion unique d’entrevoir un univers extraordinaire.

Photos © Cie Moveo



La Cie Moveo présente chaque soir deux spectacles:
 Tu vas tomber! et Où suis-je quand je suis deux?



Théâtre des Grottes, Rue Louis-Favre 43, 1201 Genève,
 du 10 au 12 décembre 2015, à 20h
 


Réservations: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Adultes: 25 CHF


Tarif réduit: 20 CHF




www.moveo.cat

  • Catégorie parente: Rubriques
  • Affichages : 1839

Plus d'articles...

  1. Le "non" de Sandrine Salerno
  2. Avenir Suisse, ça patine
  3. Les 30 ans de Viol-Secours
  4. La publicité sexiste nuit. Gravement.
  5. Transféminisme à l'uni
  6. Un guide pour les femmes sans papiers
  7. Traitement par l'image
  8. L'accouchement sous contrôle
  9. L'égalité n'est pas la mission de Wikipédia
  10. Nouvel assaut contre l'avortement
  11. La retraite des femmes en danger
  12. La garde partagée équitable
  13. Colette Fry, l'interview
  14. Votez femmes!
  15. Le roller derby fait des petits
  16. "Il faut que ça bouge, c'est impératif"
  17. Nouria Hernandez, première rectrice de l'Unil
  18. 2e pilier: 22% des rentes aux femmes
  19. Violence domestique en Suisse
  20. La Ville affiche "émilie super-rapide"
  21. Un mémo pour les gynécos
  22. Colette Fry succède à Muriel Golay
  23. De Senarclens, herself and porn
  24. Face à la LGBTphobie, (ré)agissons
  25. Pré en bulle butte sur épicène
  26. Des femmes devant et derrière la caméra
  27. PMA pour toutes!
  28. Pour une politique de gender budgeting
  29. Les dérapages de Suzette Sandoz
  30. 24 heures de solidarité internationale
  31. Catherine Thobellem, femme d'action
  32. Signez le manifeste pour l'égalité salariale
  33. 8 mars: faites le tri
  34. Egalité: Oui -65 ans: Non!
  35. Mariage pour toutes
  36. Femmes au volant
  37. Le WEF économise... sur les femmes
  38. La réorganisation du BPE en marche
  39. Manif de soutien à Charlie Hebdo
  40. Départ de Muriel Golay
  41. Vivienne Dick et le cinéma No Wave
  42. Femmes divorcées encore pénalisées
  43. BFEG/LGBT: pas de mandat officiel
  44. C. Dayer sur la diversité au travail
  45. Salope, la controverse
  46. A.M. Rey désavouée par les féministes
  47. Quinzaine de l'égalité à Genève
  48. Egalité: la Suisse perd deux places
  49. Susan Mogul à Genève
  50. Les queers de Post-Op au LUFF
  51. Test de genre,premier recours à Lausanne
  52. Miss Suisse, ton univers impitoyable
  53. La caravane de la MMF, action durable?
  54. Viol : Ni silence ni pardon
  55. Logements-relais en villa, suite et fin?
  56. Rina Nissim, sorcière des temps modernes
  57. Kermesse des salopes, l'interview
  58. Retraite anticipée pour Maria Bernasconi
  59. Love life, sexuellement explicite?
  60. Visibiliser l'invisible
  61. Homophobie au menu d'actuElles.ch
  62. Deux personnalités, un débat
  63. Transfashion, entrée des artistes
  64. Ringarde la Lady MasterCard ?
  65. Soutenez Transfashion resistance
  66. Lutte contre la LGBTphobie à l'affiche
  67. La slutwalk suisse en ordre de marche
  68. Sophie Kasser, d'ici et d'ailleurs
  69. CEDEF, l'heure de vérité
  70. Violences domestiques, quel bilan?
  71. Le Conseil d'Etat face à la prostitution
  72. Un 8 mars sans conviction?
  73. Skatepark 100% filles
  74. Victoire!
  75. Avortement, tous concernés!
  76. Ballon-e d'or
  77. L'initiative contre les femmes
  78. Des femmes pour la paix en Syrie
  79. Avortement c'est maintenant!
  80. La fin d'Agenda 21?
  81. Vaud: l’internement des prostituées
  82. Andrée-Marie Dussault à Genève
  83. En finir avec la violence de genre
  84. Sarah Kiani, l'histoire en mouvement
  85. Le temps des sirènes: pièce à convictions
  86. Sexboxes à Zurich, une idée très XIX ème
  87. Femme de
  88. Miss Suisse a les cheveux courts
  89. Violence domestique et alcool
  90. Pétition pour les employées de maison
  91. Controverse autour du dépistage
  92. Dépistage élargi pour le cancer du sein
  93. Le vrai G word
  94. Excision toujours et encore
  95. Sexe, what else?
  96. Equal Pay Day
  97. La pilule et ses risques
  98. « Je suis entouré de femmes »
  99. L’échappée, belle perspective
  100. Rédactrice en chef et féministe
  101. 24h d'action féministe
  102. Metro boulo kino, suite
  103. Desperate Alkestis, la force créatrice
  104. Menace sur le planning familial
  105. Kirikou et les hommes et les femmes
  106. Vivre ensemble, filles et garçons
  107. Je t'aime moi non plus?
  108. Avortement, une histoire qui se répète
  109. Metro boulo kino
  110. Y a-t-il une affaire Maechler?
  111. Berne: manif du 23 juin
  112. Brigitte Grésy à Genève
  113. é=ée?
  114. Corps et âmes: Butler à Genève
  115. La réalisatrice Céline Sciamma à Genève
  116. La faim justifie les moyens
  117. L’affiche invisible
  118. 8 mars à Genève
  119. Vaud: la fin des pubs sexistes?
  120. Sandrine Salerno: l'interview d'origine
  121. Une femme à la caméra
  122. De la cuisine au parlement
  123. Le coup du site porno and6.ch à Genève
  124. 2012= 100 ans de luttes
  125. Le harcèlement sexuel, un accident du travail?
  126. Votez Jacqueline!
  127. Hétérographe retourne à l'enfance
  128. Le dynamisme des Etudes genre genevoises
  129. Preos: plus d'ombre au tableau
  130. Femmes en politique: c'est égal?
  131. L'émiliEFest, too much?
  132. Interview de Maria Roth-Bernasconi
  133. Gendering, la BD qui dit tout
  134. Interview de Virginie Studemann-Wathier
  135. Best-seller : le manuel de savoir (mieux) vivre de Rina Nissim
  136. Vessy. Encore une grève des femmes.
  137. Interview: Simone Chapuis-Bischof
  138. Avortement: Paroles d'ados
  139. Avortement: et les mineures enceintes?
  140. René pousse un poil trop loin
  141. La grève des femmes
  142. "Je suis machiste, mais je me soigne"